Retour à la liste des fiches

LE MACERAT DE CORNOUILLER SANGUIN

Extrait de bourgeon de Cornus sanguinea

Le cornouiller sanguin est un arbuste des friches calcaires, ensoleillées.
Peu connu anciennement au niveau médical (fruit fébrifuge, écorce astringente), il n'en possède pas moins une signature remarquable : son écorce rouge sang est tout à fait caractéristique et son feuillage rougit dès le mois d'août.
C'est grâce à la gemmothérapie que ses propriétés circulatoires vont se révéler. En effet, le cornouiller sanguin constitue un remède majeur du cœur, tant au niveau de l'insuffisance coronarienne et des coronarites que du cœur sénile, mais surtout comme préventif de l'infarctus. Il neutralise la formation de l'infarctus.

Au niveau artériel, le cornouiller sanguin intervient comme draineur des artères et comme anti-inflammatoire.
Il s'indique dans les artérites diverses, en particulier celles des membres inférieurs et celles du tabagique (tout fumeur devrait régulièrement faire une cure de cornouiller !), et celles de Horton (inflammation de l'artère temporale).
Son action tonique sur les artères s'associe à des propriétés anti-athérosclérose. C'est un grand remède anti-thrombotique.
Son action anti-coagulante qui contribue au maintien de la fluidité sanguine est paradoxalement associée à des propriétés anti-hémorragiques, tant au niveau crânien, abdominal que thoracique. Certaines plantes sont ainsi bipolaires suivant l'action à exercer.

Par son action circulatoire, le cornouiller agit comme antinécrotique sur les tissus même en phase aiguë, lorsque cette nécrose provient d'un infarcissement des capillaires.

Son action sur les oedèmes permet peut-être de comprendre que son activité s'exerce aussi sur la rate (voir explication dans le texte du châtaignier). En effet, le cornouiller agit curieusement comme stimulant de la moelle osseuse (stimulation des mastocytes et plasmocytes) considérée comme l'une des "entrailles curieuses" dans la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Or, en MTC, la moelle osseuse dépend de la substance dénommée "Jing" et qui est stockée dans les reins. Or, cette énergie Jing provient de 2 sources : l'une héritée des parents (énergie ancestrale) et l'autre venant de l'essence de la nourriture (Jing postnatal). Cette dernière source est justement contrôlée par la rate.

Au niveau rénal, le cornouiller agit dans les néphroses (mauvais fonctionnement des glomerules rénaux dont les capillaires sanguins ne retiennent plus les protéines du sang) dont l'origine, inconnue de la médecine classique, pourrait se situer au niveau du fonctionnement de la rate de la médecine chinoise.

Au niveau glandulaire, le cornouiller sanguin s'indique dans l'hyperthyroïdie (maladie de Basedow), l'apparition de goître euthyroïdien et les phénomènes de dysendocrinie.

Mentionnons également que les cellules de Kupffer du foie sont stimulées par le cornouiller.

Copyright FEH : les informations ainsi que les photos reprises sur ce site sont la propriété de la Fédération Européenne d'Herboristerie. Il est interdit de les utiliser sans l'accord préalable de la FEH.

Retour à la liste des fiches